Journal de bord – Laponie

Fuir la grisaille parisienne pour partir découvrir la Laponie …

 

JOUR 1 :

Direction l’aéroport Paris Charles de Gaulle où nous retrouvons le groupe UCPA (composé de 7 filles et 4 garçons de 25 à 35 ans).

Une pause sandwich à notre escale à Helsinki et à bord d’un second avion (A319) nous atteignons Rovaniemi où nous attend notre guide Lars.

A mesure que notre avion se rapproche du cercle polaire, nous voyons de plus en plus de lacs gelés et forêt enneigées. Peu de vie semble habiter les lieux.

En moins de 5 minutes nous récupérons nos bagages et c’est parti pour 3 heures de bus (240 kilomètres) au milieu des sapins et bouleaux. Quelques maisons rouges, 2/3 villes traversées dont les stations de Levi et d’Olos situées à proximité de Kittila, et nous atteignons l’auberge Rajama à Muonialven où nous passerons la semaine.

Attribution des chalets bungalows, présentation du programme de la semaine (avec des horaires stricts à respecter !) et c’est déjà l’heure d’aller dîner ! Au menu ce soir : ragoût de poulet accompagné de riz puis jus d’églantinier, amandes et crème. Une cuisine locale préparée par la femme et la fille de notre guide.

Soirée jeux de sociétés.

JOUR 2 :

Il a neigé cette nuit ! 🙂

8h30 : petit déjeuner dans la maison principale (où les chaussures sont interdites – c’était donc pour cette raison que l’UCPA nous demandait de prendre des chaussons! ) : pain noir, pain de campagne et biscottes Wasa accompagné de beurre, fromages – bleu appelé ici aura, camembert et gouda -, charcuterie – salami, jambon – cornichon, œufs, tomates, céréales, fromages blancs…

9h30 : essaie des vêtements – chapka, gants, sous-gants, combinaisons, chaussettes, et bottes fourrées obligatoires ! Pas de possibilité de discuter ; sans notre équipement complet, nous ne serons pas autorisés à venir ! Et on ne rigole pas avec l’autorité suédoise!

10h30 : une bûche dans le sac, des raquettes aux pieds… c’est parti pour une balade dans la forêt à la découverte de la faune et la flore locales.

Nous nous enfonçons dans la forêt au son des explications données par Lars : lièvres blancs aperçus, mulots…, pattes de lièvres, crottes de rennes…

Balade dans la forêt, traversée des marais gelés et nous atteignons le fleuve Muonio (ou Etuväylä), le plus grand fleuve d’Europe – 387 kilomètres – sans contrainte (barrage…) d’après notre guide. A cette période, environ 50 centimètres de neige et autant de glace le recouvrent.

Pique-nique sur les berges avec vues sur les rapides qui commencent à dégivrer. Mais pas de phoques aujourd’hui 

Et nous testons les toilettes sèches !

Au menu : sandwichs préparés au petit-déjeuner et saucisses grillées sur le feu au bois d’une branche, accompagnés par le vent frais.

L’après-midi les raquettes sont plus utiles ! Il nous faut apprendre à marcher sans s’enfoncer lourdement (technique : petits pas et regards au loin) pour traverser la petite plaine, face au vent. Nombreuses chutes. Un grand moment de rigolade.

De retour au chalet, nous reposons les raquettes et partons explorer l’autre rive de l’île à pied, en suivant le chemin des motos neige (balisé par de grosses croix rouges).

Puis, pause détente au sauna du gîte principal ; suivi d’un cours sur les lynx donnés par notre guide.

Dîner « russe » : gratin de purée, betteraves, cornichons et saucisses et en dessert mures jaunes (aussi connues pour leur liqueur) avec de la glace.

Jeux de cartes pour occuper la soirée… puis, nous nous préparons à affronter le froid pour essayer d’apercevoir des aurores boréales. Vers 23h, lorsque la nuit est noire, nous sortons.

Au loin, le ciel s’éclaircit et des demi-cercles apparaissent. Nombreuses étoiles filantes. Pas de couleur vert comme dans les magasines (due notamment aux réglages des appareils photos), mais des traces blanchâtres, des halos de plus en plus puissants au milieu du ciel étoilé. Apaisant. Quelle quiétude !

 

JOUR 3 :

8h00 : petit-déjeuner en compagnie d’un écureuil.

Départ différé car Lars part sonner la cloche pour annoncer qu’un voisin est décédé dans la nuit.

Le thème principal du séjour est le ski de fond. Après l’attribution des skis en bois et des bâtons, qui nous ramènent au début du siècle, nous partons explorer la forêt.

A l’orée des bois, nous apercevons 2 rennes (1 blanc et 1 marron) au bout du chemin ; qui se sont échappés de leur enclos (car contrairement aux élans, les rennes appartiennent tous à des éleveurs).

2 heures dans la forêt au milieu de sapins puis le long du lac gelé. Chutes à gogo car les skis sont très grands et peu maniables. Mais le décor naturel est sublime !

Déjeuner typique de l’armée, servi tous les jeudis : des pois trempés dans l’eau toute la nuit puis cuits avec de la sauce et de la viande.

 

Après le repas, direction un chenil en Finlande en minibus où nous attendent plus de 100 chiens.

Pour débuter, un employé nous montre les signes pour ralentir, s’arrêter, repartir.

Chaque traîneau est équipé de 6 chiens, 1 passager et 1 conducteur.

Et c’est parti pour 15 kilomètres (environ 1 heure) au milieu des sapins.

Lorsque les chiens sont détachés du piquet, l’attelage part en trombe. Dans les montées, il faut aider les chiens en poussant le traîneau. Dans les descentes, se pencher dans les virages et fréquemment freiner pour faire ralentir les chiens (en appuyant sur la pédale entre les 2 skis du traîneau).

Après le tour et une pause goûter autour du feu, l’employé nous donne quelques informations sur le chenil et nous emmène voir les chiots.

Retour à Rajamaa et pause sauna (peu chaud ce soir malgré les seaux versés sur le poêle), suivi ce soir d’un cours sur le glouton.

Dîner (spaghettis bolognaise & gâteau chocolat/crème) puis jeux de sociétés.

 

JOUR 4 :

8h30 : petit-déjeuner.

10h20 : nous partons à pied chez les voisins, Henrick & Anna pour une balade en rennes.

Nous grimpons 2 par 2 dans les traîneaux tirés par un renne et attachés entre eux, et partons à travers la forêt suédoise. Attention, départ brutal. Les rennes sont actuellement « perturbés » car en rut et assez incontrôlable d’après l’éleveur.

Arrivés à la kota (maison des montagnes en bois ; différent du lavou : maison en peau ou en toiles pour les saamis des plaines), nous détachons les rennes et les nourrissons (lichen et feuilles de branches). Puis entrons dans la hutte – peaux de bêtes au sol sur des branches de sapin et feu central où mijote sur le feu une marmite de soupe de rennes (très bon ; texture et goût similaires à la banquette de veau). Après déjeuner, Henrick nous explique en anglais, traduit par sa femme Anna (car il parle anglais, finnois, suédois et saamigala) le mode de fonctionnement de son peuple et les résultantes sur son activité des choix politiques suédois. Henrick est un saami, comme son père et son grand-père. Les saamis sont le dernier peuple autochtone reconnu par l’Union Européenne et sont éleveurs de rennes. 50 familles d’une cinquantaine de saamis sont répertoriés. 25 000m² de terrain sur lesquels gambadent les animaux. Ils sont installés en Suède, Norvège, Finlande et dans le nord de la Russie (sur la péninsule de Kala). Avec la protection des loups par le gouvernement, ils subissent de nombreux massacres (dont les compensations financières sont faibles). La déforestation et la plantation organisée a également des conséquences négatives sur leur élevage car les animaux ne trouvent plus de quoi se nourrir en milieu naturel.

Retour en traîneau. Arrivés chez Anna & Henrick, Anna nous emmène visiter son chenil, composé d’une vingtaine de chiens (d’une race différente de ceux du chenil finlandais car apportés du Canada) qu’elle éduque avec beaucoup d’amour. Pour compléter leur activité d’éleveurs, elle propose des balades en chien de traîneaux et du ski joering, en sus de travailler en cuisine avec Lars et sa femme à l’auberge. Après avoir joué avec les chiens, nous assistons à leur dîner.

PHOTOS A VENIR

Un petit tour au sauna, un cours sur l’ours, un dîner composé de petits poissons, riz et légumes, quelques jeux de sociétés; et nous sortons admirer quelques belles aurores boréales.

 

JOUR 5 :

8h30 : petit-déjeuner.

9h40 : départ pour Olos-Muonio où nous sommes accueillis par un employé de Lapland Safaris pour un tour en motoneige. Et c’est parti pour 1h30 (et une quarantaine de kilomètres) dans un paysage montagneux entre lacs gelés, pistes de ski de fond, traversée de routes autour de la station de ski alpin avec pour point de repère les éoliennes au sommet. Mêmes signes qu’en chiens de traîneaux pour freiner, s’arrêter et démarrer. Plusieurs aigles aperçus et parapentes lors de la balade.

PHOTOS A VENIR

De retour à la station, nous encourageons les participants à l’arrivée des 25 et 50 kilomètres de la course de ski de fond.

 

Retour à l’auberge où nous déjeunons une soupe de poulet délicieuse.

 

Après déjeuner, course d’orientation (avec les GPS remis par Lars ; objectif : retrouver les 5 balises du domaine) : ludique et agréable. Une autre façon de découvrir les environs de l’auberge dans la forêt suédoise.

Puis, course de luge sur les bords du lac. Construction d’un tremplin. Belles gamelles et fous rire.

Sauna, détente, cours sur le loup ce soir.

Ragoût d’élan avec pommes de terre au dîner. Délicieux.

Pas de jeux de société ce soir car nous devons préparer nos sacs pour la randonnée à ski des 2 prochains jours.

 

JOUR 6 :

8h30 : petit déjeuner

10h20 : départ pour notre randonnée en ski.

Après avoir traversé le lac gelé, nous grimpons sur la colline que nous apercevons depuis l’auberge. Dès la montée, les premières difficultés sportives apparaissent. Des styles différents utilisés pour affronter la pente : en canard, en parallèle ou en escalier… Et le fartage à la bougie des skis en bois n’arrange pas les choses. Puis, nous « slalomons » entre les sapins, bouleaux… dans les zones clôturés (les enclos des rennes) et atteignons le fleuve gelé que nous longeons.

Pause pique-nique autour du feu. Faire griller sa saucisse sans la brûler, ni la faire tomber est tout un art.

Puis, nous rehaussons nos skis et rejoignons notre refuge pour la nuit.

Une petite descente avant d’arriver à notre refuge sera le terrain de nombreuses chutes ! Fous rires à gogo.

Environ 7 kilomètres parcourus d’après nos montres GPS (ressenti 15 !).

C’est un refuge de luxe qui nous attend : 4 chambres (composées de 2 lits superposés), 1 pièce commune avec coin cuisine et poêle ; WC sec à l’extérieur.

Puis, nous allons chercher l’eau pour le sauna et la cuisine en cassant la glace sur le fleuve.

Pause goûter en attendant que le sauna chauffe. Et quel sauna !!!

Sauna sans fenêtre, ni électricité dans la pénombre. Eau fraîche (puisque venant du lac) pour se rafraîchir et se laver. Une expérience inoubliable !

Pâtes-boulettes de viande au dîner.

PHOTOS A VENIR

 

JOUR 7 :

Un réveil sympathique nous attend : à la fenêtre de notre gîte, nous apercevons un renard mangeant les restes de notre dîner (à environ 10 mètres)

Retour en ski de fond en longeant le lac pour rentrer à l’auberge, sous un magnifique soleil. Pause pique-nique autour du feu (au même endroit qu’hier). Encore quelques centaines de mètres et nous arrivons.

Une dernière balade dans la forêt pour les plus motivés, et autour du lac, seule, à contempler les maisons lapones. Paysages sublimes et apaisants.

Un dernier sauna. Une enquête de satisfaction menée par Lars à la baguette.

Et un dîner de roi à l’ambiance familiale (Lars recevant une autre de ses filles accompagnée de son mari et de leur bébé de quelques semaines).

JOUR 8 :

Après le petit-déjeuner, il est temps de faire les comptes (boissons, motoneige…) puis de mettre le cap en minibus sur l’aéroport de Kittila (situé à 90 kilomètres). En traversant la station de Levi, quelle animation en ce samedi matin car la course de ski de fond s’y déroule.

Nombreux panneaux sur les bords de la route… qui annoncent les prochaines élections qui se dérouleront prochainement.  

 

 

Un séjour en pleine nature, apaisant et ressourçant. L’occasion pour nous d’admirer nos premières aurores boréales, d’apprécier les charmes de la nature lapone, de profiter des bienfaits du sauna et de festoyer goulûment.

Après une première immersion sur les terres lapines en hiver, nous nous promettons d’y revenir l’été pour tester les activités sur le lac (pêche, rafting…) et découvrir la faune estivale (ours…).