Vacances à Lanzarote – Journal de bord – Quel voyage !

Après un premier séjour aux Canaries, sur l’île de Ténérife en septembre 2014, me voila reparti dans l’archipel, avec mon frère cette fois-ci, pour des vacances placées sous le signe de la détente et de la marche !

Jour 1 : 

Nous partons de la porte Maillot avec une demi-heure de retard (sans aucune explication de la part de la compagnie de bus). Arrivés à Beauvais, nous décollons sans encombre à 13h00 et arrivons à l’aéroport de Lanzarote vers 17h15. Nous ajustons nos montres à l’heure locale (une heure de moins qu’en France).

Nous récupérons les clés de la voiture réservée sur internet au comptoir AUTOREISEN (paiement et explications promptes en anglais) puis partons à destination de notre location.

Après avoir tourné dans les rues de la ville (nombreux sens uniques !!), nous parvenons finalement à la location. L’accueil y est fermé (uniquement ouvert de 9h00 à12h00) mais nous disposons de toutes les informations (code de la résidence, numéro d’appartement…) reçues au préalable par email.

Nous posons nos affaires, nous changeons et partons à la découverte de la station balnéaire. Nous nous baladons sur la playa Blanca et sommes surpris par le nombre de restaurants atypiques qui bordent le front de mer.

En rentrant, nous nous arrêtons à l’Hiper Dino Express faire quelques courses.

Jour 2 :

Nous petit-déjeunons sur la terrasse et profitons du soleil levant.

Au programme de la journée : une première immersion dans le parc des volcans.

Nous prenons la route en direction de Mancha Blanca (LZ504 en direction de Macher, LZ502 puis LZ56 jusqu’à Tinguaton) en vue d’effectuer la randonnée de la Caldera Blanca (randonnée n°39 du guide WALK LANZAROTE / 10kms / 3h). En haut de la montagne (461m) la vue est impressionnante sur le parc des volcans et la mer ; les couleurs tout au long de la balade sont extra (du marron de la montagne au noir des champs de laves, au rose des fleurs au bleu de la mer) et les paysages variés. Une randonnée qui vaut vraiment le coup ! Attention à bien prendre un sweat car en haut le vent souffle. En redescendant nous croisons quelques chèvres.

Nous rejoignons ensuite la plage de Teneza, en voiture, après avoir demandé à plusieurs locaux comment s’y rendre (aucun panneau ne l’indique) et pique-niquons face à une mer houleuse.

Puis nous reprenons notre chemin, via la LZ67, jusqu’à la Isleta via la Santa. Nous traversons les villages aux maisons blanches et volets verts entourés de terres noires (actuellement en train d’êtes semées). Nous apprendrons par la suite de notre séjour que Cesar Manrique a imposé ces couleurs aux fins harmoniser les villages (maisons blanches et couleurs vertes et marrons autorisées pour les portes et fenêtres ainsi que le bleu pour les villages côtiers). Nous nous arrêtons nous reposer sur une plage protégée de la Isleta. Visuellement cette dernière n’a rien d’attrayant (vue sur les hôtels) mais est protégée du vent par des petits murets.Nous continuons vers la Caleta de Famara et la plage de Famara, paradis des surfeurs. La plage impressionne par sa taille. La route recouverte de sable témoigne du vent qui tape la côte. Les falaises semblent gigantesques.

Nous rentrons par la LZ402 et nous arrêtons à Teguise, petit ville forte agréable. Malheureusement, les principaux centres d’intérêts sont fermés (bien noter que les églises, couvents, palacio et office de tourisme ferment aux alentours de 16h00). Retour à Puerto del Carmen par les LZ230, LZ503, LZ501 et LZ504.

Premières réflexions à la fin de cette journée : l’île est charmante et offre des paysages grandioses mais les routes sont très mal indiquées (et portant si bien entretenues – vous croiserez de nombreux agent d’entretien le long) !

Par ailleurs, nous sommes envahis de coccinelles à chaque sortie de voiture…

Jour 3 :

Aujourd’hui nous avons rendez-vous à 9h30 à El Golfo (via Yaiza LZ504, LZ2 et LZ704) pour la randonnée « ruta del litoral circular », réservée sur internet avant notre départ (https://www.reservasparquesnacionales.es/real/ParquesNac/usu/html/listado-actividades-oapn.aspx?cen=6 ). Ces randonnées sont organisées, en anglais et en espagnol, par l’office du parc du Timanfaya et rapidement complètes (groupe de 8-10 personnes maximum). La randonnée choisie dure 3h30 et la guide nous parle de la faune et la flore locales en espagnol, le rythme de marche est très lent… Nous avons trouvé cette randonnée sans grand intérêt et aurions plutôt du opter pour la randonnée n°24 du guide WALK LANZAROTE qui longe la côte.

Nous déjeunons par la suite dans un des restaurants de poissons del Golfo – restaurante Lago Verde-  (les prix proposés sont identiques d’un restaurant à l’autre et pas très bon marchés). Nous dégustons un plat de poissons accompagné de papas et de pain (facturé lors de l’addition). Attention également à bien noter que la TVA n’est pas incluse dans les prix indiqués sur les cartes. Nous bénéficions d’une belle vue sur la mer, tout en étant abrités du vent. Appréciable à cette saison.

A la sortie de la ville, nous nous arrêtons admirer le site touristique (invasion de bus) de Charco de los ciclos, également appelé la lagune verte, en raison de l’algue verte qui colore ce petit étang.

Nous reprenons la route LZ703 qui traverse les champs de lave, avec d’un côté les anciens volcans et de l’autre la mer, et faisons un arrêt à Los Hervideros, grottes dans lesquelles s’engouffre l’eau et sur lesquelles se brisent les vagues.

Les salines de Janubio méritent également plusieurs arrêts. Le soleil reflète dedans et renvoie mille et une couleurs.

Puis nous continuons la LZ701 jusqu’à Playa Blanca, ville de lotissements en construction, sans intérêt.

Via la LZ703 (ayant loupé la LZ702), nous arrivons à Femés. Nous nous garons sur la place principale, à côté de l’église de San Marcial del Rubicón et admirons la vue du mirador, depuis la terrasse du restaurant, sur la pointe sud de l’île. Puis nous grimpons en haut de l’Atalaya de Femés (antennes relais) s’élevant à 608m (morceau de la randonnée n°15 du guide WALK LANZAROTE / 1h30-2h AR)  d’où nous admirons le coucher du soleil sur les salines. Vue à 360° garantie ! L’endroit est parfait pour un pique-nique romantique au coucher du soleil. En redescendant, nous nous arrêtons à la fromagerie Rubicon gouter au fromage de brebis (4 types proposés : nature, gofio, pimenté pour 12€ le kilo) et rentrons tranquillement à la location.

Jour 4 :

Ce matin direction La Asomada (via la LZ502) pour le lever du soleil du haut du mont Guardiama. Vue à 360°

https://www.google.fr/maps/place/Lanzarote,+Province+de+Las+Palmas,+Espagne/@28.962837,-13.705598,3a,75y,251.78h,62.38t/data=!3m5!1e1!3m3!1s3fJJA-p_mmsAAAQfCUqFsA!2e0!3e11!4m2!3m1!1s0xc4623cd1ca2398b:0xa2a0d68ac57b1518

Encore un endroit idéal pour un petit-déjeuner ou un pique-nique grandiose. L’ascension s’effectue par la piste de VTT. Il faut compter 40 minutes AR. Du haut de Guardiama, nous admirons les vignobles de la Geria, la côte sud de l’île (Arrecife, Puerto del Carmen…), le parc des volcans et apercevons l’Atalaya de Femés (et ses antennes).

Nous prenons ensuite les routes LZ22 et LZ67, à travers des champs de lave entourés de cônes volcaniques, pour la visite du parc national de Timanfaya. A l’entrée du parc, nous payons 9€ par personne. Arrivés à l’Islote de Hilario, nous sommes pris en charge par les employés du parc. Après un tour en bus d’une demi-heure (explicatif en 4 langues – espagnol, anglais, allemand, français), nous assistons à des démonstrations – embrassement de brindilles et paille ; jets d’eau tels des geysers au contact de l’eau et de la terre chaude du volcan ; barbecue naturel du restaurant del diablo. Quel dommage que les bus soient à toits fermés et encore plus que nous ne puissions pas randonner dans le parc ! Nous continuons ensuite la traversée des parcs et nous arrêtons au centre d’accueil de Mancha Blanca, qui donne des informations sur la faune et la flore de l’île et sur les terres volcaniques. Puis, nous revenons sur nos pas et, avant de quitter les parcs, nous arrêtons pour une pause photos en compagnie des dromadaires. Pique-nique sur la plage del Golfo. Nous mettons le cap sur el Berrugo (à côté de Playa Blanca) et randonnons dans la réserve de Punta de Papagayo où nous admirons les plages de sable fin blanc et la transparence de la mer (randonnée n°10 du guide WALK LANZAROTE / 1h30 AR). Mer fraîche rendant la baignade difficile. Attention ces plages sont très appréciées des naturistes.

Jour 5 :

Journée PUREE DE POIS !

Nous commençons la journée par la visite du musée del Campesino et du Monumento del Campesino, respectivement érigés en l’honneur de l’artisanat local et du travail des paysans (par César Manrique). Nous montons ensuite au castillo Santa Barbara de Teguise sur la montagne de Guanapay qui abrite le musée de la piraterie. Nous continuons la LZ210 mais le temps voilé empêche malheureusement toute vue, et arrivons à Haria où nous nous arrêtons au marché d’artisanat local (ou piège à touristes !). Pas de produits locaux vendus à l’exception de petits gâteaux secs à l’orange, l’anis…  Nous poursuivons en direction del Mirador del Rio, via les LZ201 et LZ203, et terminons la boucle par la LZ202 mais ne nous arrêtons pas au site car la vue vers la Isla Graciosa n’est pas possible. En redescendant vers Orzola, nous visitons les plantations d’aloe vera où des explications sommaires en anglais sont données et faisons quelques achats à la boutique (cadeaux intéressants : savon à 0,50 €, sachet de sels de bains à 2,50€…). Nous pique-niquons à la plage de la Canteria (accès par la route non goudronnée à gauche à côté du parking de l’embarcadère vers l’Isla Graciosa) et subissons les bourrasques de sable. Nous croisons sur la plage de galets des locaux en train de ramasser des bouchons de plastique rapportés par la mer aux fins de les revendre à la recyclerie. Nous prenons du recul en grimpant sur la paroi rocheuse (chemin aménagé) d’où la vue sur la plage et la ville est jolie. Via la LZ1 nous rejoignons les playas de los Caletones, magnifiques criques de sable blanc aux eaux calmes turquoises. Quel contraste avec la plage houleuse de la Canteria située à quelques centaines de mètre de là !

Dans la région de Malpais de la Corona (du nom du volcan, aucun rapport avec la bière mexicaine), nous visitons las Cuevas de los Verdes. La visite de 40 minutes en espagnol et anglais de la cavité rocheuse (9€ par personne) est impressionnante (trou d’une profondeur de plus de 30m, aménagement en salle de concert…). Nous faisons ensuite une pause sur la plage de la Garieta à Arrieta et terminons la journée par le fantastique carnaval de Costa Teguise, riche en couleurs. Ambiance garantie !

http://www.lanzaroteinformation.com/content/costa-teguise-carnival-programme-2015 http://www.lanzaroteinformation.com/files/Costa_Teguise_Carnival_2015_2.png

Jour 6 :

Nous nous garons sur le parking du port de Puerto Calero et rejoignons par le sentier du littoral Playa Quemada, paisible village de pêcheurs et continuons notre ballade jusqu’aux plages de galets et de sable noir (1h30 AR). Nous pique-niquons sur la plage Honda d’où nous voyons les avions atterrir et décoller à un rythme incessant. Puis nous visitons les quelques sites intéressants de la ville d’Arrecife (châteaux de San Gabriel et San José – abritant le musée d’art contemporain, charco et église de San Ginés) où les ruelles sont vides en ce dimanche après-midi. Nous sommes surpris par le fait que plusieurs participants à la messe filment cette dernière ! Nous rejoignons ensuite la Florida pour une dégustation de vins locaux gratuits à la bodega Barreto. Après un détour au château de Santa Barbara de Teguise pour (enfin) admirer la vue offerte, nous empruntons la LZ30 à travers les champs de vignes de la région de la Geria. Nous nous arrêtons ensuite à Yaiza, où l’église est malheureusement fermée et au magasin d’aloe vera mais apprenant que ce dernier ne vend pas de produit en provenance de Lanzarote mais de sa voisine Fuerteventura… Et terminons la journée en montant au petit village de la Degollada où la vue sur la vallée au soleil couchant est appréciable, de même que le charme de ces maisons traditionnelles.

Nous noterons également le fait que le week-end les Mahoreros sont très nombreux sur leur vélo.

Jour 7 :

Direction le Mirador de Rio (via la LZ35 vers San Bartolome, la LZ30 vers Teguise et la LZ10 vers Haria). Premier arrêt photo au mirador de los Valles sur la ville de Teguise. A Haria, nous prenons la LZ201 et continuons vers le parc tropical de Guinate, au bout de laquelle la vue est remarquable (et gratuite) sur la Isla Graciosa, malgré quelques nuages. Malgré le temps venteux et couvert (à peine 15° vers 10h30) nous optons pour la randonnée n°37 du guide WALK LANZAROTE (10kms / 2h45 AR). Le parking (non indiqué) se situe sur la route LZ202 après la finca la Corona. La ballade, abritée du vent, descend à la plage de sable blanc del Risco puis passe à travers les salines del Rio, tout en nous offrant une vue splendide sur les falaises del Risco et la Isla Graciosa. A faire absolument (ne pas se laisser décourager par la grande remontée en ziz-zag) ! Les nuages s’étant levés, nous poursuivons la LZ202 jusqu’au Mirador del Rio sur laquelle nous faisons de nombreux arrêts photos. Après un arrêt rapide souvenirs à la boutique d’aloe vera d’Orzola, nous pique-niquons à Baio de los Sables. Malheureusement la mer froide et le vent léger, nous empêcherons de nous baigner. Nous rejoignons ensuite le mirador de los Hellechos et nous arrêtons auparavant à plusieurs reprises dans les virages de la LZ10 pour des photos d’Haria et ses palmiers. Nous continuons via l’Ermita de las Nieves qui offre une belle vue sur la Caleta de Famara. Le détour au parque eolico est sans intérêt. Nous passons par Tahiche (LZ10) et la fondation César Manrique, que nous ne visiterons pas. Après un arrêt achat de souvenirs au monumento al Campesino, nous traversons une dernière fois les parcs naturels (via la LZ67) et admirons le coucher du soleil sur el Lago Verde.

Jour 8 :

Nous quittons la location vers 6h15 en direction de l’aéroport. Arrivés vers 6h30, nous déposons les clés de la voiture dans la boîte aux lettres des agences de voiture et partons en direction des portiques de contrôle. Nous décollons sans encombre vers 7h40 direction la France, en passant au dessus d’Arrecife sur laquelle le soleil se lève.

NOS REGRETS :

  • Ne pas avoir vu de marchés locaux, ni gouté de nourriture locale (à l’exception des papas)
  • Ne pas avoir randonné sur l’île de la Graciosa (par manque de temps)
  • Ne pas avoir visité la fondation Caesar Manrique
  • Quel dommage que la mer fût si fraiche, rendant la baignade quasi impossible, et le temps parfois voilé

Retour à l’article Vacances à Lanzarote